Le Polissoir dit la Pierre Birette (Grand-Pressigny)

Ce polissoir fixe en poudingue de 80x170x220 centimètres est aussi appelé « La Pierre du Diable. Il est transporté le 1er juin 1954 dans la cour d’honneur du château du Grand Pressigny. A la surface du bloc, 14 rainures sont plus ou moins marquées dont la plus longue mesure 45 centimètres et une plage polie de 25 centimètres de long sur 7 centimètres de large. En Berry, « La Birette » est un fantôme qui parcourt les champs la nuit, couvert d’un suaire blanc. Les rainures et le polissage seraient l’œuvre du plus malin des sorciers de la Brenne qui entama la roche, des coups de sa baguette selon J.M Rougé.

 

Rendu de la séance du 23 février 1910, p. LXXXI à la SAT : « M. le docteur Dubreuil Chambardel signale ensuite un magnifique polissoir fixe qu'il vient, avec M. Reignoux, l'avisé préhistorien du Grand-Pressigny, de déterminer dans la propriété des Bordes, commune du Petit-Pressigny. C'est un poudingue mesurant 2 mètres de long, 1,70 m de large, et émergeant de 0,70 m au-dessus du sol. Sa face supérieure présente une quinzaine d'entailles artificielles, dont huit rainures et sept cuvettes. L'intérêt de cette pierre consiste dans ce fait que c'est le second polissoir fixe trouvé en Indre-et-Loire et que, d'autre part, il est placé dans la région des ateliers pressiniens. Aussi M. Dubreuil-Chambardel, avec l'aimable autorisation du propriétaire, M. de Gaullier des Bordes, poursuit les démarches

tendant à obtenir le classement de ce polissoir comme monument préhistorique »

Galerie