Les 10 serpents les plus beaux au monde.

La beauté est subjective, nous dit on. S'il en est ainsi, laissons la sonder votre âme, votre coeur, avec cette présentation des serpents, qui selon-moi, sont les plus beaux du monde.

 

Ces serpents, des quatre coins de la planète, je les ai découvert dans mes livres durant mon enfance. Ils n'ont jamais cessé d'embellir mes rêves, d'émerveiller mon esprit, sur ces pages de papier glacé usées par mes incessantes relectures. Ces beautés ophidiennes, merveilles de la création, ne peuvent laisser indifférent. Elles continuent aujourd'hui encore de faire vibrer mon coeur chaque fois que j'en prononce les lettres de noblesses latines, chaque fois que je les admire. Et je suis persuadé qu'après les avoir découvert, il en sera de même pour vous.

 

Vous êtes un incorrigible phobique des serpents ? Vous les trouvez visqueux et répugnants ? Ils vous inspirent le dégoût ? Alors laisser vous enivrer par l'éclat éblouissant de l'écaillure de ces somptueux animaux, laissez vous berçer par l'hypnotique symphonie de couleurs qu'ils nous offrent, pour le bonheur de nos yeux ébahit.

 

Voici donc dix espèces durement sélectionnées pour vous.

 

Note : je ne possède aucun droit pour les photos présentées ici, trouvées sur internet. Si leur auteur le désire, elles peuvent être retirées à tout moment.


10 - Les Tricots rayés (Laticauda spp).

 

Ces serpents sont absolument merveilleux. Distribués à travers toute l'Australasie, ils font parti des serpents "semi-marins", car contrairement aux serpents marins dits vrais (les Hydrophidés), ils sont ovipares et retournent à terre pour pondre. Leur queue est aplatie et sert de gouvernail. Ils possèdent un venin extrêmement puissant, pour neutraliser rapidement leurs proies, principalement des murènes, avant qu'elles ne s'enfuient dans des interstices rocheux inaccessibles. D'un caractère paisible, ils ne sont absolument pas agressifs. Voici trois espèces, le orange est L. saintgironsi, celui aux lèvres blanches est le Tricot rayé commun (L. colubrina), et le dernier est le tricot rayé bleu (L. laticaudata). Impossible de rester insensible à leur beauté.


9 - Le Crotale de Mangshan (Protobothrops mangshanensis).

 

Merveille émeraude des jungles montagneuses, endémique de deux provinces chinoises, ce serpent est le seul qui ne soit pas un cobra à pouvoir cracher son venin. Mesurant jusqu'à deux mètres cinquante, c'est un très grand serpent. D'un bon caractère, il est très menacé. Découvert tardivement dans les années 1990, il est un maître de l'homochromie (imitation de la couleur de son habitat). En effet, sa livrée ressemble à du lichen !

Crédits photos :

1 Ian Recchio

2 inconnu


8 - Le serpent ratier mandarin (Euprepiophis mandarinus).

 

Vivant dans une vaste aire de répartition allant de l'Inde à la Chine, cette inoffensive petite couleuvre est absolument éblouissante. Dépassant le mètre, elle est d'un gris pâle, parfois rouge, orné de beaux losanges jaune vif bordés d'un noir intense. Un vrai bijoux.

Crédits photos :

1 Kornnatter-Nordhorn

2 valles-kornnattern


7 - Le Python de Timor (Malayopython timoriensis).

 

Rarissime, il est endémique de deux îles situées dans l'archipel indonésien des Îles de la Sonde au dessus de l'Australie : Lembata et Florès, où il cohabite sur cette dernière avec les célèbres Varans de Komodo. Mal connu, il se rapproche génétiquement du Python améthyste et du Python réticulé. Il est d'un splendide jaune et de reflets irisés époustouflants, bariolé de motifs plus sombres irréguliers. Une merveille.

Crédits photos :

1 inconnu

2 George Ostertag / Alamy Banque D'Images

3 Zoo d'Atlanta


6 - La Vipère de Dinnik (Vipera dinniki).

 

Aux confins du Caucase se cachent une multitude de vipères très méconnues, actuellement étudiées par des herpétologues russes. La Vipère de Dinnik, vivant dans le sud de la Russie, la Géorgie et l'Azrbaïdjan, en fait parti. Véritable pierre précieuse couleur feu et saphir, elle est très polymorphique, c'est-à-dire qu'au sein de cette espèce, plusieurs livrées se trouvent dans la nature. Un herpétologue amateur, Larsa Darafeyenka, auteur de ces photos, a monté un projet de conservation de ces vipères : viperacaucasica.

Crédits photos :

Larsa Darafeyenka de viperacaucasica


5 - La Diane arlequin (Siphlophis cervinus).

 

Rareté de l'Amérique du sud, cette petite couleuvre opistoglyphe (crochets à venins situés en retrait dans le maxiliaire) inoffensive présente une remarquable livrée noire, jaune et rouge. Atteignant jusqu'à 88cm, de moeurs nocturne et arboricole, on la rencontre jusqu'à deux mètres au dessus du sol. Elle est absolument splendide.

Crédits photos :

1 Maël Dewynter

2 Vincent Prémel


4 - Le Crotale insulaire (Trimeresurus insularis).

 

Ce petit crotale arboricole, normalement d'un beau vert vif le camouflant dans les feuillages, ne se distingue pas vraiment de la plupart des autres crotales de ce genre. Mais cette espèce présente un particularisme étonnant : sur les îles de Rinca et de Komodo, et peut-être sur d'autres îles de cet archipel, il est d'un bleu éclatant simplement magnifique. Ce saphir vivant est une rareté.

Crédits photo :

1 Frank "Canon" Deschandol de frank-deschandol.com

Inconnu pour les deux autres.

 


3 - La Couleuvre perlée (Drymobius margaritiferus).

 

Originaire d'Amérique Centrale, cette grande couleuvre au caractère bien trempé attire le regard. Je la découvris dans un numéro de Reptile Mag lorsque j'étais enfant. Son corps semble être un collier constellé de pierres précieuses, disséminées par un artiste talentueux. Une vraie beauté.

Crédits photos :

1 et 2 inconnus

3 : Eligar7.


2 - Le Serpent corail de Langsdorff (Micrurus langsdorffi).

 

Ce dangereux serpent corail, extrêmement venimeux, est sans doute le plus beau de ce groupe. Vivant au nord de l'Amérique du sud et dans une partie du Brésil, il tranche avec la livrée habituelle de la majorité des serpents corail annelés de rouge, de noir et de jaune. Véritable beauté amazonienne, ce serpent est absolument splendide.

Crédits photos :

1 Kévin MEssenger.

2 wildherps.com

3 greentracks


1 - Le Python de Boelen (Simalia boeleni).

 

Pour clôturer cet article, je me devais de finir avec le saint Graal des herpétologues, le trésor de l'Indonésie, la beauté noire de l'Australasie, le saphir flamboyant des serpents, le seul et l'unique Python de Boelen. Endémique des jungles montagneuses de la Papouasie Nouvelle-Guinée, on ne le trouve qu'à partir de 1300 mètres d'altitude. Très méconnu, seul une petite poignée de privilégiés ont eu la chance inouïe de voir cette merveille de la nature dans son milieu naturel. L'un d'eux, Ari Flagle, est un herpétologue texan ayant écrit un livre sur ce python et menant un projet de conservation de cette espèce. Le lien de son site est dans la rubrique partenariat. Mesurant jusqu'à 3,40 mètres, il est appelé Ular hitam (serpent des montagnes) par les papous. Il est d'un noir tirant sur le bleu marine, avec des stries blanches sur la partie antérieure du corps, et sur les écailles labiales, ce qui donne un effet de dents de chien, le tout recouvert de reflets irisés de toute beauté. C'est une merveille absolue.

Crédits photos :

1 Ari Flagle de projectblackpython

2 Gentle Lemur

3 oceanlight



Après ce voyage à la rencontre de ces serpents fabuleux, vous en avez peut-être toujours une peur incontrôlable, mais vous les avez trouvé beaux, car ils le sont. Et c'est ce qui me tenait à coeur : vous faire découvrir l'incroyable diversité de ces animaux dont la magie s'évapore de leurs écailles, et qu'il suffit d'hûmer pour en découvrir  la splendeur.

 

J'aurai volontier intégré au moins une autre dizaine de serpents, dont le mamba vert et la vipère rhinocéros, mais cet article est déjà bien assez long.

 

Votre regard a t'il changé ? Dites-le moi en commentaire !

 

Guillaume Tessereau, 19/01/2020.

Commentaires: 0