L'auteur :


Galerie :

(cliquez pour agrandir et voir les descriptions).


Présentation :

Je m’appelle Guillaume Tessereau. J’ai 25 ans. Depuis tout petit, je me suis toujours intéressé à la nature insolite, aux bestioles que personne n'aime, aux plantes qui sortent de l'ordinaire.

     

Je me suis intéressé premièrement aux plantes carnivores, lorsque j’avais dans les 8 ans. J’étais fasciné par ces plantes que je trouvais animales. J’en ai donc eu beaucoup chez moi. J’avais eu cette passion grâce à un hors série de "l'ami des jardins" spécial plantes carnivores, avec des fiches espèces écrites par mon idole du moment, Jean-Jacques Labat. Je les ai admiré pendant deux ou trois ans, puis un hiver elles sont toutes mortes. J'ai néanmoins gardé ma passion et mes connaissances sur ce sujet.

     

     J'ai ensuite eu l'occasion de voir chez une de mes tantes qui me gardait, un épisode de l'émission "Austin Stevens le maître des serpents", où je pû admirer comme un héro cet homme a l'allure d'explorateur capturer un python à tête noire dans le bush australien. Ce fut une révélation, et je commençai à réclamer des livres sur les serpents, et l'envie d'en élever chez moi plus tard est arrivée naturellement. J'ai donc eu de nombreux livres à chaque Noël, anniversaires, toujours sur mes amis à écailles… Chaque repas de famille était assaisonné par des "Dit dit tonton tu connais l'anaconda géant?" et autres. J'ai donc toujours lu et relus mes livres sur les serpents pour finir par les savoir par cœur.

     

     J'ai 16 ans. Déterminé à passer mes certificats de capacité pour la maintenance de serpents venimeux, et pour les serpents de plus de 3 mètres, je décide d'entrer dans la Maison Familiale et Rurale de Neuvy-le-Roi, bien décidé à décrocher un BAC Professionnel Technicien Conseil Vente en Animalerie, avec l'espoir d'un jour ouvrir mon animalerie de reptiles. 

     

     Puis, soudain je me remis en question, alors que j'admirai mon tout premier serpent sauvage devant le garage de ma mère, une magnifique petite Coronelle Lisse, le 9 avril 2011. J'ai pris conscience que je préférais étudier le vivant dans la nature. J'ai donc abandonné toute idée d'animalerie, et n'ai jamais eu de serpent en terrarium.

 

    Je décide tout de même de terminer mon diplôme. Suite à cette rencontre fortuite devant et à cette remise en question, je décide donc de m'intéresser aux serpents français. Je découvre alors la couleuvre à Collier, la Couleuvre Verte et Jaune, la Vipère Aspic… 

     

     Je décide de les chercher dans la Nature, et commence mes premières photographies animalières (alors avec mon portable, photos de très mauvaises qualité). J'enchaîne alors Coronelles Lisses, Couleuvres Vipérines, des dizaines de Couleuvres Vertes et Jaunes… Puis, je trouve une araignée splendide dans un pré, une Épeire Carrée. Je la prends en photo et décide de l'identifier. Puis de fil en aiguille, je me suis pris soudainement de passion pour tout ce que j'ai pu découvrir, botanique, entomologie, mammalogie, tout en gardant les serpents comme ma plus grande passion. Ce sont eux qui me font palpiter le coeur d'un sentiment indescriptible.

 

     Je suis donc passé de futur terrariophile à Photographe Naturaliste. La plupart des photos de ce site ont été prises avec un Canon EOS 1100D (avec un objectif 18/55mm et un télé-objectif 75/300mm), qui a rendu l'âme suite à une mauvaise manoeuvre dans un ruisseau avec une couleuvre helvétique, et les photos les plus anciennes (2012) sont prise avec un simple Panasonic Lumix Fz dmc-45.

     

     Je fus vice président de la Société Herpétologique de Touraine, membre actif à la Société Française d'Orchidophilie Centre-Loire, ainsi qu'adhérent à l'ETL (Entomologie Tourangelle et Ligérienne). Je suis aujourd'hui membre actif en herpétologie pour l'association Vienne Nature. Je suis entré en contact avec la Société Herpétologique de Touraine en 2011, car un jour, alors que je prospectais en forêt, j'ai découvert un oiseau mort que je n'avais jamais vu. Je le prends donc en photo, je le fais identifier par un certain Thomas R. qui me dit que c'est une Océanite Tempête, un oiseau qui n'est pas censé être là. Thomas me donne donc les coordonnées d'un Thomas H. qui publie la donnée à mon nom à la LPO Touraine, qui me donne le contact d'un certain Sylvain L. qui est venu chercher l'oiseau chez moi (afin de le faire analyser en laboratoire) et me propose de rentrer dans l'association (comme quoi la vie se détermine parfois grâce à un oiseau mort).

     

     Je suis titulaire du Bac Pro Technicien Conseil Vente en Animalerie, formation intéressante mais ponctuée de cours de commerce auxquels je suis totalement hermétique. Cette formation m'a néanmoins appris via les stages en entreprise à être dynamique et à développer mon sens de la communication, de la pédagogie, de la médiation, et à améliorer mon élocution.

 

J'ai depuis 2015 un BTS Gestion et Protection de la Nature, obtenu au Lycée Henri Queuille à Neuvic dans le massif central.

 

Depuis l'enfance, inspiré par Nicole Viloteau et Austin Stevens, je rêve de parcourir le globe pour chercher et photographier dans leur milieu naturel tous les serpents du monde. Ayant un intérêt plus marqué pour les espèces de climats tropicaux et humides que pour les espèces désertiques, je projète de voyager en Guyane, au Costa-Rica, au Gabon, à Madagascar, en Indonésie, en Papouasie Nouvelle-Guinée, dans les îles du Pacifique sud (îles Salomon, îles Fidji), en Nouvelle-Calédonie, et également en Inde et en Chine.

 

Les serpents me rendent heureux. Lorsque je ne suis pas avec eux, c'est comme si je n'étais qu'à moitié moi-même, comme s'il me manquait ce vêtement magique qui me protège des assauts de l'ennui. Il me suffit de les regarder, de les toucher, de les voir repartir, et je suis heureux. C'est un sentiment d'exaltation indescriptible, une faim insatiable, et chaque contact avec eux me rend euphorique. Je ne vie que pour me nourrir de leur beauté, tout le reste est superflu, et j'ai l'impression d'avoir toujours été comme cela. Je les aime, sous tous leurs aspects, toutes leurs odeurs, tous leurs tempéraments. Je les aime car quand je les regarde, dans mes mains ou dans les ronces, mon coeur s'emballe, puis s'apaise et le temps s'arrête. Je les aime infiniment.

 

N'hésitez pas à me contacter via la page "contact" du site, surtout si vous avez vu un serpent et que vous souhaitez que je l'indentifie.

Mes photos ne sont pas libres de droit mais vous pouvez utiliser n'importe laquelle d'entre-elles du moment que vous me le demandez.

 

Bonne visite !

 

Guillaume Tessereau.


Commentaires: 0