La Couleuvre verte et jaune (Hierophis viridiflavus viridiflavus)

La Couleuvre verte et jaune (Hierophis viridiflavus viridiflavus) est une grande couleuvre pouvant mesurer près d'1.80m. On la rencontre dans toute la France sauf au nord. C'est l'un des serpents les plus communs de notre pays.

 

Elle affectionne les ronciers, les pierriers et les lisières de forêt, on peut même la trouver près de points d'eau.

 

Elle est diurne et ovipare.

 

Elle est grise et verte lorsqu'elle est juvénile, jaune et verte lorsqu'elle est subadulte, puis noire et jaune au stade adulte. Ses motifs sont dits "holographiques" : de la même manière que les roues d'une voiture semblent tourner à l'envers lorsqu'on la regarde à grande vitesse, ce serpent brouille les pistes lorsqu'il fuit, si l'on voit un flanc d'écailles à travers un buisson et qu'il fuit, on ne sait pas dans quel sens il va.

 

Elle ne tète pas le pis des vaches ! C'est une légende tenace trop souvent racontée avec un certain aplomb, jusqu'à ce que l'on demande à son conteur s'il en a été lui-même témoin...

 

Elle est très irascible et si elle est attrapée, elle mord à plusieurs reprises son agresseur. Mais comme tous les serpents, elle fuit à la moindre approche à une vitesse fulgurante, ce qui lui a valu son fameux surnom paysan : "sang yard", que l'on peut parfois entendre décliné en "sanguard" ou "sanglard" En effet, le yard étant une ancienne mesure de vitesse et ce serpent étant l'un des plus rapides de France, c'est probablement pour cela que nos aïeux la baptisèrent ainsi.

 

Elle est bien sûr totalement inoffensive malgré son caractère belliqueux. C'est l'un des serpents que j'ai le plus cotoyé dans la nature. Ces photos vont de 2012 à aujourd'hui.

 

Elle est très importante d'un point de vue écologique : en effet, elle se nourrit d'insectes lorsqu'elle est jeune, puis de lézards, de serpents (de sa propre espèce, de vipères et d'autres couleuvres), de micromammifères, d'oisillons voire d'amphibiens. Elle est donc un maillon essentiel de nos écosystèmes.

 

Comme tous les reptiles et amphibiens français elle est protégée par l'arrêté du 19 novembre 2007 et par l'article L415-3 du code de l'environnement et la tuer est strictement interdit et passible d'une lourde amende.


Ce serpent est effectivement très irascible. Il fuira à la moindre approche, mais si on l'attrape (ce qui est illégal), il va sans dire qu'il ne se privera pas d'utiliser son ultime recours : la morsure. Bien sîr, ce serpent est non-venimeux et sa morsure est absolument bénigne. Mais je tiens quand-même à vous montrer ses effets. Non par quelque vantardise de blessures de guerre, mais simplement pour mettre fin aux racontars que j'entends trop souvent comme "si on se fait mordre, l'année d'après le même jour on a une fièvre" et vous montrer son aspect : les morsures des petits spécimens (jusqu'à 80cm dirons-nous) sont absolument indolores. Mais pour les plus gros, lorsqu'ils attrapent un doigt, cela est effectivement un peu douloureux, mais pas plus que ça, en tout cas, croyez-moi, BEAUCOUP MOINS qu'une morsure de chat ! Et lorsqu'ils attrapent une zone dure comme l'avant-bras, on ne sent absolument rien... Croyez-moi, je me suis fait mordre une bonne centaine de fois.

 

Somme-toute, un serpent qui effraie plus qu'il ne fait mal, et qui ne mord que si on le dérange (ce qui est interdit), et qui est surtout très utile.

 

Ces photos ont été faites dans le cadre de délogement de serpents chez des particuliers.



Galerie

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Bernard DAVOIGNEAU (samedi, 27 juin 2020 20:39)

    Samedi 27/06/2020. Merci pour la "promenade" découverte des reptiles.
    Ces photos m'impressionnent beaucoup. J'aimerais être à vos côtés.